Rechercher
  • cagolenomade

Parole aux Cagoles Nomades - Portrait d'Emma, jeune entrepreneuse et créatrice de "Moea Swimwear"!

Mis à jour : févr. 2

 Quand on veut, on peut. C’est grâce à ce mantra que j’ai toujours tenté toutes les choses que je voulais faire. Succès ou échecs ? Je ne me suis jamais posé la question, je me donne à fond et je fonce sans réfléchir puis j’apprends de mes erreurs et j’essaye de m’améliorer. Il n’y a pas d’échec.

Je suis Emma Klein, créatrice de « Moea Swimwear » une marque de maillots de bain fabriqués par le recyclage de bouteilles en plastique et dont les imprimés sont nos propres dessins en aquarelle.

La marque fut créée en 2016 par mon associée Eva, qui fabriquait ses maillots à la main au Costa Rica pour elle, ses copines et pour vendre quelques modèles à l’école de surf du coin. J’ai découvert Moea et rencontré Eva lors d’un voyage au Brésil en 2017 après avoir plaqué mon premier travail : un job de business développeur dans un cabinet de conseil à Paris. 8 mois m’ont suffit pour me rendre compte que je ne voulais pas de cette vie : métro, boulot, dodo et surtout le monde du conseil où j’avais l’impression de brasser du vent tous les jours.

J’ai donc pris 2 mois de réflexion et je suis partie au Brésil : en Amazonie, dans le Pantanal, surfer à Rio… et j’ai rencontré Eva et ses beaux maillots. Le coup de foudre professionnel.


« Être une femme entrepreneu(r)se »

Au début de l’aventure entrepreneurial, j’avais soif de conseils, de « networking », de conférences et d’espace co-working. J’ai vite déchanté dans ce monde d’homme : « tu devrais faire comme ca » ou « je sais mieux que toi », de « business angel » et de conseils à la con. J’ai vite compris qu’être une femme, jeune, qui plus est féminine, mignonne et gentille était CLAIREMENT un handicap dans l’entreprenariat. Je me suis sentie comme une petite brebis dans une forêt de vieux loups affamés.

Ces vieux loups affamés, c'est des vieux business men qui ont besoin de prendre des jeunes femmes sous leurs ailes pour se sentir utile et important. On a le droit à l’option drague, l’option « je te fais croire que tu vas devenir le nouveau Bill Gates » et l’option « j’ai trop des contacts de fou » mais bien sûr tout ceci ne sont que des paillettes dans les yeux. Il faut passer outre tous ces faux-semblants et croire en son projet. Finalement il n’y a que NOUS qui pouvons y arriver, seulement NOUS et nous-même. Je ne dirais pas qu’il ne faut pas écouter certaines personnes, mais il y a « à prendre et à laisser ».

Monter une entreprise, c’est comme devenir bipolaire, on vit les montagnes russes émotionnel tous les jours.


Ça demande une force intérieure incroyable. On oublie vite de prendre soin de soi, de s’accorder des moments de pauses et à un moment donné, on craque. J’ai fait ma première crise d’angoisse cet été, entre deux rendez-vous boutique, après des mois de ventes dans les marchés. J’ai craqué, j’ai angoissé, j’ai paniqué. Et j’ai tout plaqué, j’ai pris un taxi et je suis partie marcher des heures. Cette expérience m’a rappelé que j’étais faible, que j’étais une humaine et que je prenais un mauvais chemin : celui du stress et de la négation. Ce fut mon déclic pour prendre du recul, arrêter de me mettre la pression et accepter de juste faire de mon mieux.



Je n’aurai qu’un seul conseil à vous donner  : Écoutez-vous et osez dire non.

Osez dire non à des rendez-vous pro. Osez dire non à des projets qui ne vous intéressent pas. Osez dire non quand vous en pouvez plus. Osez dire non aux gros loups affamés qui veulent vous draguer. Osez dire non à vos amis qui pensent savoir comment votre entreprise fonctionne. Osez dire oui aussi quand c’est nécessaire, bref écoutez vous !  ☺


https://moeaswimwear.fr/


0 vue

©CagoleNomade